qual sèm

Les mots, les voix qui se perchent, bourdonnent, engagent les corps dans la danse. Cocanha projette des voix timbrées portées par la pulsation des tambourins à cordes, des pieds et des mains. La langue occitane est notre terrain de jeu pour explorer des tempéraments et des sonorités singulières.

Cocanha puise dans le répertoire traditionnel occitan, remet en mouvement des archives et les replace dans le fil de l’oralité. Certaines paroles sont ré-écrites, d’autres inventées, émanant d’un imaginaire commun à ciel ouvert. Les personnages des chansons se ré-approprient leur puissance désirante et l’affirment.

Dans un état français centraliste au passé colonial prégnant, taisant les langues qui l’habitent et formatant les accents, Cocanha choisit de chanter en occitan.

Los mots, las voses que se jocan, bronzinan, engatjan los còs dins la dança. Cocanha projecta de voses timbradas portadas per la pulsacion dels tamborins de còrdas, dels pès e de las mans. La lenga occitana es nòstre terrenh de jòc per explorar de temperaments e de sonoritats singularas.

Cocanha posa dins lo repertòri tradicional occitan, torna botar en moviment d’archius e los torna plaçar dins lo fial de l’oralitat. D’unas paraulas son re-escriutas, d’autras inventadas, sortint d’un imaginari comun a cèl ubèrt. Los personatges de las cançons se tornan apoderar lor poténcia e l’afirman. 

Dins un estat francés centralista, al passat colonial potent, que cala las lengas que l’abitan e formata los accents, Cocanha causís de cantar en occitan.

Maud Herrera / Caroline Dufau / Lila Fraysse
Votz & percussions

Sanz Grosclaude
Sonorizacion


(ancianas cocanhas : Lolita Delmonteil-Ayral, Gemma Cuní-Vidal)